Stage peche mouche et séjour de pêche

Stage peche mouche, Stage de peche a la mouche, séjour peche mouche en Bourgogne : séjours pêche jeunes adultes, stage pêche jeunes adultes, stages de pêche adultes, truite, saumon, carnassier, en Cote d'Or, Morvan et Bourgogne avec François Deline, moniteur guide de pêche professionnel.
Accueil Pêche du saumon à la mouche

Peche du saumon a la mouche

Pourquoi faut-il pêcher de préférence le saumon à la mouche ? La première réponse à cette question est que c'est la méthode la plus élégante dans la mesure où on utilise une grande canne à deux mains pour réaliser de beaux Spey cast afin de capturer le poisson roi tant convoité. La deuxième raison réside dans le fait que c'est la méthode qui sera la plus adaptée et la plus productive sur certains secteurs de pêche amont et par niveaux d'eau bas. La troisième raison résulte tout simplement du fait que dans certains pays, c'est la seule méthode autorisée : par exemple, en Norvège sur la rivière Tana, certains parcours ne sont autorisés aux étrangers que s'ils pratiquent la pêche à la mouche — les locaux pouvant pêcher au lancer ; en Ecosse, certains parcours (beats) ne sont (en principe) pêchables qu'à la mouche. Il en est ainsi, par exemple, sur les deux plus prestigieux parcours de la Spey : Ballindalloch Castle et Wester Elchies.

SAISON 2018 : Séjour pêche du saumon à la mouche sur Wester Elchies, l'un des deux plus prestigieux parcours de la Spey, programmé pour la semaine 37, du lundi 10 au samedi 15 septembre 2018.


Voici quelques éléments sur le saumon atlantique (Salmo Salar) relatifs à sa durée de vie, à sa taille maximale en fonction de son sexe (femelle/Hen ; mâle/Cock), à une méthode simple pour déterminer son poids en fonction de sa taille en cm lorsque l'on veut relâcher sa prise, à un tableau indicatif du poids d'un saumon par rapport à sa longueur selon qu'il est frais ou résident (Sources : François Cohendet : Le Saumon de l'Allier. Son histoire, sa vie, son devenir. Thèse pour le doctorat vétérinaire, Toulouse, 1993 ; Guy-Noël Chaumont [1924-2014] : Planète saumon, Editions du Trieux, 2009) :
* La durée de vie maximale du saumon serait estimée environ à 15 ans, voire un peu plus (Le Saumon Atlantique, Histoire naturelle illustrée. Dr Malcolm Greenhalgh. Fondation Saumon, 2005, p. 84).
* La taille maximale des femelles est environ d'1,20 mètre et environ d'1,5 mètre pour les mâles.
* La méthode simple pour calculer le poids d'un saumon en fonction de sa taille en cm m'a été communiquée par le regretté Jacky Boileau (1953-2013) qui nous a quitté en 2013 et à qui je rends hommage : il suffit d'élever au cube la taille mesurée en cm. Par exemple, pour un saumon de 85 cm, on multiplie 85 x 85 x 85 = 614125, soit 6,150 kg ou 12,3 livres françaises ou 13,6 livres anglaises. C'est le poids approximatif d'un saumon relativement frais. S'il a plus ou moins de la rivière, c'est-à-dire qu'il est résident et coloré, il faut retrancher environ 400 à 800 g à la masse déterminée précédemment pour les saumons de 65 cm à 85 cm, environ 1 à 2 kg pour les plus gros poissons de 90 cm à 110 cm et enfin 2,2 à 3,8 kg pour les saumons records. Pour une autre méthode de calcul, voir l'ouvrage du québécois Jean-Paul Dubé, Technique de la pêche au saumon, 1984 (Réimpression de Les Editions Leméac, 1975), p. 189 à 191.
* Le rapport taille poids d'un saumon frais ou résident :
stage spey cast

On précisera que les masses mythiques, mais cependant encore accessibles aujourd'hui, en livres anglaises de 20 lbs, 25 lbs et 30 lbs, correspondent à des saumons de 1 mètre, 1,05 mètre et 1,10 mètre.
On consultera avec grand intérêt deux ouvrages d'un grand nom de la pêche des salmonidés : Hugh Falkus (15 mai 1917 - 30 mars 1996) : Sea Trout Fishing. A guide to success (La pêche de la truite de mer. Un guide pour la réussite), 448 p., 1ière édition 1962, 2ième édition, 1 janvier 1982, Cassell Illustrated ; Traduction Pascal Charoulet "La bible du pêcheur de truite de mer", P. E. L. 1985. Salmon Fishing. A practical guide (La pêche du saumon. Un guide pratique), 448 p., 1ière édition, 1 juillet 1984, Cassell Illustrated ; Traduction Jacques Montupet "La bible du pêcheur de saumon. Guide pratique", P. E. L. 1986.

Et pour rêver un peu…, voici la reproduction de la photo du saumon de Madame Clementina "Tiny" Morison pris à la mouche sur le Lower Shaw pool de la rivière Deveron (Ecosse), le 21 octobre 1924 : poids 61 lbs (27,7 kg), longueur 52 1/4 inches (1,33 mètre), circonférence 32 inches (81 cm) [Source : Fred Buller, The Domesday Book of Giant Salmon. A record of the Largest Atlantic Salmon Ever Caught (Le recensement des saumons géants. Un registre des plus gros saumons atlantiques jamais attrapés). Vol. I. Constable, London, 2007, p. 189 à 191 ; The Domesday Book of Giant Salmon. More records of the Largest Atlantic Salmon Ever Caught (Le recensement des saumons géants. Encore plus d'archives des plus gros saumons atlantiques jamais attrapés). Vol. II. Constable, London, 2010].
stage lancer spey
Saumon de Madame Clémentina 'Tiny' Morison pris à la mouche
Et il y a encore de l'espoir ! "En 1993, Trout & Salmon magazine, a rapporté que le plus gros saumon atlantique jamais pris à la mouche a été capturé cette année-là sur la Varzina, dans la péninsule de Kola. Cet immense poisson, qui mesurait 1,44 mètres (estimé à plus de 70 lb [30 kg]) a été capturé et remis à l'eau par Sir Seton Wills." [Source : Le Saumon Atlantique, Histoire naturelle illustrée. Dr Malcolm Greenhalgh. Fondation Saumon, 2005, p. 71].
Très près de nous, puisque le 5 octobre 2016, au Danemark, Simon Kastrup Shimizu a capturé au lancer un saumon de 1,41 mètres (estimé approchant les 70 lb [30 kg]) ; ce grand mâle a été relâché  ; le précédant record danois datait de 1954 avec un saumon de 1,36 mètres. [Sources : TV Midtvest ; page Facebook de Simon Shimizu ; La Pêche et les Poissons n° 859, décembre 2016, p. 13].

Simon Kastrup Shimizu saumon 1,41 mètre leurre Simon Karstrup Shimizu saumon 1,41 mètre mesure

Et comme on ne peut s'enivrer que des records du passé, citons encore la prouesse de Robert Pashley, l'homme qui a totalisé plus de 10 000 captures entre 1897 et 1951 !!! [Source : Humphrey Adam Gilbert, The Tale of the Wye Fisherman (L'histoire d'un pêcheur de la Wye), L'homme aux 10 000 saumons, traduction Claude Belloir, Editions du Trieux, 2009, p. 152]. H.A. Gilbert raconte son histoire de pêcheur de la Wye (Angleterre) et son admiration pour cet exceptionnel pêcheur de la Wye que fut Robert Pashley. Dans les mêmes records, citons également George McCorquodale, de Dalchroy, qui pêcha dans la Spey de 1891 à 1935 et sur d'autres rivières et qui a pris plus de 10 000 saumons [Source : John Ashley Cooper, l'un des meilleurs pêcheurs de tous les temps qui a pris aussi plus de 10 000 saumons, et qui dans son ouvrage "The great Salmon Rivers of Scotland. An Angler's Guide to the Rivers Dee, Spey, Tay and Tweed", Victor Gollancz 1980 ; "Les grandes rivières à saumons d'Ecosse", traduction Claude Belloir, 1991, p. 36, rend hommage à George Mc Corquodale dont la "renommée n'a jamais été chantée autant qu'elle le mérite"].
Citons encore pour la fin, un très grand pêcheur français de saumons : Lucien Bonnenfant (1908-1998), l'homme aux 5 000 saumons qui a consacré cinquante années de sa vie à la pêche du saumon [Source : Paul Boyer (1940-2004), Le grand livre du saumon, Nathan, 1999, p. 53 et 54]. Et à propos de la mouche à saumon "Barbolle" de Lucien Bonnenfant ou de la mouche à saumon de Michel Duborgel (1907-1980), un autre très grand Monsieur de la Pêche qui considérait la pêche du saumon à la mouche comme "la plus belle pêche qui soit au monde", cliquez sur mes pages mouches à saumon et stage montage mouche.
Et pour savourer de bonnes anecdotes sur les histoires de pêcheurs de saumon Béarnais, on lira avec intérêt l'ouvrage de Guy Debédat : "Si le Gave m'était conté", Editions Fil de pêche, 2014.

Eléments pour réussir à la pêche du saumon :
Les quelques conseils qui vont suivre résultent de ma propre expérience, même si celle-ci est encore modeste à ce jour, ainsi que de mes lectures et des conseils que j'ai pu obtenir auprès de quelques pêcheurs expérimentés. Et si j'ose et m'autorise à suggérer quelques indications, c'est uniquement dans le but d'encourager des pêcheurs débutants dans la pêche du saumon qui n'auraient déjà pas cette chance de posséder certains bons ouvrages, ni celle d'avoir déjà fréquenté et échangé avec des pêcheurs chevronnés.
* Le premier facteur de réussite est précisément la chance ! La pêche du saumon en général et à la mouche en particulier est une pêche de "veinard". Il faut déjà avoir la chance d'être sur une bonne rivière, sur un bon parcours, avec de bons pools dans lesquels figurent des saumons "mordeurs". Et les saumons sont précisément mordeurs lorsqu'ils sont frais, c'est-à-dire lorsqu'ils viennent d'arriver de l'océan à la faveur d'un coup d'eau et d'une bonne marée. Les saumons résidents deviendront agressifs et donc mordeurs lorsqu'ils se mettront en mouvement à la suite d'une crue pour progresser sur la rivière, mais il faudra aussi que le niveau soit bon pour pêcher dans de bonnes conditions avec la bonne technique, au bon moment. Bref, dans une année, le nombre de jours ou de semaines où les conditions sont réunies pour bien pratiquer sont statistiquement restreints pour les pêcheurs vacanciers qui ne s'adonnent à leur sport favori que lors de leurs trop brefs séjours. Il en résulte donc qu'il faut déjà être chanceux pour caresser l'espoir de prendre plusieurs saumons à la mouche et c'est précisément la "chance" qui constitue l'atout majeur d'un débutant et qui doit l'encourager pleinement à tenter l'aventure. Et la réussite sera au rendez-vous s'il respecte en plus d'autres règles admises par les grands pêcheurs, auteurs d'ouvrages reconnus.
* Le deuxième facteur est d'être méticuleux dans le choix d'un bon matériel et rigoureux dans la manière de s'en servir et surtout d'avoir un bon sens de l'observation et de respecter des règles élémentaires d'approche de la rivière et des poissons, d'être positif et déterminé. Le pêcheur doit bien vérifier régulièrement que les emmanchements de sa canne ne vrillent pas, que la soie soit toujours bien enroulée sur son moulinet, qu'il n'y ait pas de "noeud de vent" sur la pointe du bas de ligne (comme disent pudiquement les anglais ; mais le vent n'y est pour rien, c'est le lanceur qui a fait une faute technique lors du lancer), que la pointe de son hameçon de soit pas émoussée…. Avant de rentrer dans l'eau lorsque cela est nécessaire, il doit regarder s'il ne voit pas un mouvement de poisson mordeur, mettre une marque avec un petit bout de bois ou une pierre pour voir si le niveau d'eau monte en cours de pêche dans un souci de sécurité, et il s'avancera dans l'eau d'une manière très discrète et face au soleil…. Le pêcheur devra avoir confiance en sa mouche et pêcher avec sérénité. S'il respecte cela, il conjure la malchance et augmente du même coup ses chances d'attraper un saumon.
* Le troisième facteur est de ne pas ménager ses efforts et de pêcher sans relâche pour accroître les statistiques de prendre le poisson. On dit parfois que la pêche du saumon est une pêche de forçat et qu'il faut être fou pour affronter le froid, la pluie et le vent. Mais selon la saison, il est parfois plus judicieux de privilégier certains moments de la journée pour pêcher intensément et bien concentré, puis de s'accorder des pauses pour observer, fumer une petite cigarette ou un gros cigare et boire une bonne gorgée d'un bon whisky ! Mais il y a une règle pour la pêche du saumon, surtout lorsque celui ne se manifeste pas : "Don't ever give up" (Ne jamais abandonner), y croire jusqu'au bout, ne rien lâcher et alors la chance vous sourira et le saumon saura alors vous accorder son âme pour vous récompenser !
* Le quatrième facteur est l'expérience (Sur la valeur de l'expérience dans la pêche, voir : William Leadbetter Calderwood, Les Saumons, Payot, Paris, 1939, p. 135 à 149 au sujet des pêcheurs hors-classe). Il est vrai qu'un pêcheur qui aura bourlingué sur de nombreuses rivières et pris des poissons dans certaines conditions avec certains niveaux d'eau sera avantagé par sa connaissance des tenues des poissons et qu'il saura comment aborder les postes. Un débutant, par nature, qui n'a pas encore d'expérience sera alors bien inspiré de prendre un bon guide de pêche au minimum pour savoir comment pêcher en présence de conditions difficiles. Si le parcours dispose d'un ghillie attitré, il est préférable de lui donner un pourboire raisonnable (tip, tips) en début de séance ; il sera comme par hasard beaucoup loquace et augmentera considérablement vos chances de toucher un saumon. Il faudra bien l'écouter, le respecter et prendre le temps de partager un moment de vie avec lui avec une bière et une cigarette. Il y a de grandes chances pour que votre chance grandisse et vous verrez qu'il saura partager votre joie lorsqu'il vous aura fait prendre un saumon !
En résumé, pour réussir à la pêche du saumon, il faut éliminer ou réduire les facteurs de malchance sur lesquels on peut agir et augmenter les facteurs de chance sur lesquels on peut agir aussi !!! Dans le langage scientifique, la chance prend le nom de "probabilité subjective" et le Dr Richard Wiseman dans son laboratoire de recherche sur la chance à l'université de Hertfordshire (U.K.) a étudié les facteurs reconnus de la chance : cela commence, bien sûr, par croire en sa chance. Et en matière de pêche du saumon à la mouche, il faut toujours y croire et se dire qu'en définitive, c'est toujours l'âme du saumon qui décide si elle doit ou non nous accorder son corps. Et c'est en cela que réside, en partie, l'un des mystères qui rend ce poisson si fascinant et sa pêche si attrayante !!!

Masque dit du poisson

Masque dit "du poisson" début XXe siècle Alaska.

L'âme des animaux a toujours eu, chez les Yup'ik, une physionomie humaine. C'était l'âme du poisson qui décidait de mettre ou non son corps à la disposition des hommes. Et son exemple serait suivi par nombre de poissons : la yua (l'âme) déterminait ainsi une période d'abondance ou provoquait une famine. La bouche grimaçante reflète l'ambivalence de la situation : l'animal se donne, mais il est en même temps anéanti par l'homme qui le mange. Cette bouche menaçante dénote la vigilance du poisson ; elle prévient l'homme que l'observance des tabous et des règles concernant la pêche doit être respectée, si tel n'était pas le cas, le monde animal ne lui pardonnerait pas. Cette sculpture forte, avec sa personnalité mi-animale, mi-humaine, rend compte de la dualité, au coeur des croyances yupi'k.

 


Conclusion sur la pêche du saumon à la mouche : Comme je l'ai expliqué lors du choix du matériel (canne, moulinet, soie, mouche) pour la pêche du saumon et au sujet de l'intérêt de faire un stage de Spey cast ou de lancer Spey avec un moniteur diplômé, la finalité de toutes ces explications est bien la prise d'un saumon à la mouche. Dans mes stages de lancers Spey, j'informe mes clients sur les mesures de sécurité à respecter avec le matériel de sécurité adapté (bâton de wading, brassière de sauvetage…), les bons gestes de biomécanique pour éviter la fatigue et les douleurs musculaires ; je leurs explique la mise en oeuvre du matériel adapté afin de présenter correctement la mouche au saumon avec un bon contrôle de la ligne en fonction des différents éléments rencontrés (niveaux d'eau, puissance du courant, berges gauche ou droite, sens du vent…). Des explications sont données sur la lecture des pools, l'interprétation des sauts des saumons, les différents ferrages et la mise au sec du saumon. Je leurs ferai aussi profiter indirectement des conseils sur la pêche du saumon prodigués par des Maîtres instructeurs (formateurs de moniteurs) certifiés FFF écossais et irlandais avec plus de 30 ans d'expérience auprès desquels je prends des cours lors de mes déplacements en Ecosse et en Irlande (L'un d'eux a représenté la marque Bruce & Walker aux côtés d'Hugh Falkus et d'Arthur Oglesby, puis Hardy & Greys avec Andy Murray [Instructeur certifié FFF] et lorsque qu'Andy Murray est passé chez Loomis, il a rejoint le staff Loomis aux côtés de Steve Rajeff et Raffaele Mascaro [Maître Instructeur certifié FFF] ; il professait sur les plus grandes rivières à saumon d'Ecosse).